Célébration de mon 10e anniversaire

Cette date de 31 décembre est un jour assez spécial pour moi. Parce que je célèbre mes dix ans. Tu dois certainement te demander de quel anniversaire il s’agit vu que je ne peux avoir plusieurs au cours d’une année. En fait, je célèbre le dixième anniversaire de ma nouvelle naissance. C’est pourquoi je voudrais partager avec toi via cet article cette première décennie de ma vie chrétienne.




Mon Parcours :

En début 2008, passant par des moments difficiles en famille et dans un moment où je perdais le repère. Je décide en lisant un article chrétien sur internet de télécharger le message qui montrait comment devenir chrétienne en quatre étapes. Alors je décidais de faire la prière de conversion. Après avoir réciter la prière, il n’y avait vraiment pas eu de changement dans ma vie. Je continuais à mener ma vie comme d’habitude mais il y’avait cette petite voix au fond de moi qui me rappelait toute fois lorsque j’étais dans l’erreur que ce que je faisais n’était pas bien. 

Ensuite arriva la fin d’année, ce jour où on prend le plus de résolutions pour la nouvelle année, ce fût un 31 Décembre, 2008, dans ma chambre, je décidais de renoncer à ma vie de pécheresse pour radicalement me tourner vers le Seigneur Jésus. C'était des paroles que je prononçais sans toutefois en peser la portée. En effet, j’étais entrain de me réengager au Seigneur. Mais cette fois, c’était la bonne, quelque chose de spirituelle se passait. J’avais soif de connaître Dieu. J’étais passionnée de la parole de Dieu et des enseignements bibliques. Je haïssais le péché tout ce qui tournait autour du commérage, des mauvaises compagnies, etc. J’avais soif de faire connaître aux autres que j’étais tout une autre personne. La même Aurélie de manière physique mais spirituellement différente, rénovée et une toute nouvelle créature. Mon passé était derrière moi et tout était devenu nouveau.
Ce transfert des ténèbres pour l’admirable lumière de Christ n'a pas été une transition facile, je suis passée par de nombreux défis. 

Les persécutions :

Déjà dans le monde professionnel, ce n’était pas très évident de vivre dans l’intégrité avec des collègues qui estimaient que je n’avais rien compris de la vie et que j’allais mourir "pauvre" si je refusais de me compromettre parce que "le système fonctionne ainsi".
J’ai été l’objet de moqueries des amies surtout celles à qui j’avais clairement décliné mon identité. Elles estimaient que mon cerveau avait été lavé; j’étais dans un nuage et que cette situation allait bientôt passée. Qu’il fallait qu’on me laisse un peu de temps pour réaliser mon erreur. Cela était devenu difficile à vivre. Quelques membres de famille murmuraient et estimaient que nous devons faire suffisamment attention car le dehors est mauvais avec les sectes. Ce qui est tout à fait réaliste mais il faut connaître le vrai pour discerner le faux

Les connexions divines :

Durant cette marche avec le Seigneur, il m’a aidé à croître et m’a connecté à des personnes qui m’ont encadrés spirituellement. J’en profite pour les honorer, honorer le christ en eux. Ils sont nombreux je ne peux les citer par crainte d’oublier d’autres. Si tu te reconnais au travers de cet article pour avoir influencé ma vie d’une manière ou d’une autre, je ne saurais jamais te dire assez merci. Que le Seigneur te bénisse pour t’être positionné à la bonne place. Il n’y a pas eu que des mentors mais aussi des compagnons d’œuvre. Ils se reconnaîtront. Ces personnes que le Seigneur a mis sur mon chemin dès les premières heures de ma foi. Nous avons œuvré et servi le Seigneur ensemble et avons vu des âmes gagnées à Christ, des malades guéris et des disciples bâtis pour le Seigneur parmi lesquels j'encadre par la grâce de Dieu une dizaine d'entres eux.

Le Seigneur m’a permis toujours pendant ces années d’accomplir son œuvre. Et j’ai vu beaucoup d’âmes venir à Christ suite à l'obéissance à sa parole celui d'annoncer son évangile. 
Il m’a donné d’annoncer sa parole lors des voyages effectués à travers mon pays et durant des séjours à l’étranger. 

Le zèle pour le Service :

Ce que je retiens de manière particulière est ce zèle à vouloir faire son œuvre, à bâtir des vies et à faire savoir aux autres qu’ils ne se sont pas trompés en choisissant cette voie.
C’est grâce à cette intimité que j’ai développé avec le Seigneur au travers du Saint-Esprit que j’ai pu tenir. C’est pourquoi je ne me moquerai jamais de celui qui est tombé parce que je n’ai pas encore achevé la course car elle est encore longue. Je célèbre juste cette première étape de ma marche avec Lui. Pour moi, le chemin est encore long. Je crois que je n’ai pas encore achevé l’œuvre auquel le Seigneur m’a appelé à faire avant même que je ne naisse. Je ne suis qu’entrain de démarrer la course. 
Il a juste utilisé ce temps pour me bâtir, pour me former pour m’enseigner les fondements de la vie chrétienne et ces principes pour ensuite faire de moi sa fille, m’équiper et ensuite m’envoyer à faire autant avec les autres.

Les challenges :

J’ai connu beaucoup de frustrations dans le corps de Christ. Si le Seigneur ne m’avait pas préparé, fortifié et mis à côté de moi la bonne personne (mon époux) pour m’encourager, j’aurais rétrogradé voir renier la foi. Peut-être je ne serai pas là entrain de rédiger cet article. En effet, ma plus grande frustration a été au milieu des croyants. Et la leçon tirée de cette étape de ma vie a été de savoir que notre intimité avec le Seigneur est la clé de tout épanouissement en tant que chrétienne. Bien que notre communion avec les autres croyants soit importante, notre intimité avec le Seigneur demeure essentielle. Plus tu es proche du Seigneur, moins tu es consciente de ce qui est autour de toi ; vu que tes regards sont focalisés sur Christ. 
J’ai aussi appris combien nous sommes limités et faillibles tandis que Dieu demeure infaillible. Même si les hommes nous déçoivent Lui Dieu ne nous décevra jamais. Le Seigneur m’a beaucoup enseigné durant cette période et m’a donné de maturer.

Les leçons apprises :

Le Seigneur m’a aussi enseigné La Justice. Il m’a fait comprendre que je peux faire du bien mais c’est mon degré de justice qui sera ma défense. J’ai expérimenté ce que l’injustice peut faire dans la vie de quelqu’un c’est pourquoi la blessure que cela a créé en moi m’a donné de rechercher la justice de Dieu en toute chose. 

J’ai aussi eu des moments de faiblesses dû au fait que je n’ai pas obéi à la voix de Dieu. Et cela m’a mise dans bien de tourments. Quelquefois j’ai confondu sa voix à la mienne pour me retrouver dos au mur devant des situations compliquées. 
J’ai été rebelle à Lui croyant tout connaitre, oubliant qu’il est mon créateur et moi sa créature. Sachant toute chose avant que je ne vienne à l’existence. Aussi ai-je donc apprise L'Obéissance que j'apprends à parfaire dans sa présence au quotidien.

Mes encouragements :

J’aurais tellement à dire à propos de ces dix années de marche avec le Seigneur. Les expériences sont assez nombreuses, mon objectif en partageant avec toi ce bref parcours, c’est de t’encourager toi qui me lis et qui fais tes premiers pas dans la foi car tout est possible avec Dieu. 
Cherche à développer ta relation personnelle avec Lui. C’est pendant ces moments qu’il t’éclairera sur sa volonté dans ta vie. 
Si tu as cette intimité, il pourra te guider sur l’église que tu dois fréquenter, sur les personnes qui doivent te bâtir, sur les modèles chrétiens à suivre, le pastorat auquel tu dois te soumettre, les chrétiens avec qui tu devras grandir, bref il t’orientera vers des connexions divines. 

Je voudrais aussi t’encourager à lâcher prise. N’ait pas peur de te consacrer entièrement au Seigneur. Avec Dieu, il n’y a pas de mélange surtout si tu veux être dans sa volonté parfaite. Tu ne peux pas voir la transformation divine dans ta vie si tu gardes encore des choses qui seront un frein pour ton développement spirituel. 
Si tu n’as jamais entendu parler de la bonne nouvelle du Salut, de ce que tu dois recevoir Jésus-Christ comme Seigneur et Sauveur personnel; si tu as déjà entendu parler de lui et que tu voudrais devenir son disciple, je veux t’encourager à prendre un temps à part pour lui confesser tes péchés, pour son ignorance dans ta vie et te décider à lui consacrer entièrement ta vie. Prie et crois qu’il vient dans ta vie pendant que tu l’invites maintenant. Et ne t’arrête pas seulement à cette prière de conversion mais décides de croître spirituellement.

Cet article est mon cadeau pour toi en ce début d’année et à l’occasion de cette célébration de mon dixième anniversaire dans le Seigneur, ma prière c’est qu’il puisse rencontrer un besoin et qu’il puisse te bénir au-delà de ce que toi et moi puissions imaginer. 

Si tu as des préoccupations ou des questions, n’hésite pas à m’envoyer un mail à aurelie@monessenciel.org.  Et surtout à partager cet article ! 


Bonne et heureuse année ! 


Aurélie 


L'évidence d'une vie après la mort

Hello Princesse !


Je viens par cet article partager avec toi, une de mes méditations tirées de l'évangile de Luc au chapitre 16 : versets 19 à 31 et lue dans la version Louis Second : 

19 - Il y avait un homme riche, qui était vêtu de pourpre et de fin lin, et qui chaque jour menait joyeuse et brillante vie. 20- Un pauvre, nommé Lazare, était couché à sa porte, couvert d'ulcères, 21- et désireux de se rassasier des miettes qui tombaient de la table du riche ; et même les chiens venaient encore lécher ses ulcères. 22- Le pauvre mourut, et il fut porté par les anges dans le sein d'Abraham. Le riche mourut aussi, et il fut enseveli. 23- Dans le séjour des morts, il leva les yeux ; et, tandis qu'il était en proie aux tourments, il vit de loin Abraham, et Lazare dans son sein. 24- Il s'écria : Père Abraham, aie pitié de moi, et envoie Lazare, pour qu'il trempe le bout de son doigt dans l'eau et me rafraîchisse la langue ; car je souffre cruellement dans cette flamme. 25 - Abraham répondit : Mon enfant, souviens-toi que tu as reçu tes biens pendant ta vie, et que Lazare a eu les maux pendant la sienne ; maintenant, il est ici consolé, et toi, tu souffres. 26- D'ailleurs, il y a entre nous et vous un grand abîme, afin que ceux qui voudraient passer d'ici vers vous, ou de là vers nous, ne puissent le faire. 27 - Le riche dit : Je te prie donc, père Abraham, d'envoyer Lazare dans la maison de mon père ; 28- car j'ai cinq frères. C'est pour qu'il leur atteste ces choses, afin qu'ils ne viennent pas aussi dans ce lieu de tourments. 29 - Abraham répondit : Ils ont Moïse et les prophètes ; qu'ils les écoutent. 30 - Et il dit : Non, père Abraham, mais si quelqu'un des morts va vers eux, ils se repentiront. 31 - Et Abraham lui dit : S'ils n'écoutent pas Moïse et les prophètes, ils ne se laisseront pas persuader quand même quelqu'un des morts ressusciterait.







Ce passage, je l'ai déjà abordé dans un précédent article que j'ai partagé avec toi l'année dernière. Je crois que si nous l'abordions à nouveau, ce n'est pas en vain. Le Seigneur voudrait certainement nous interpeller au travers de celui-ci.

C'est l'histoire de l'homme riche et du pauvre Lazare qui selon moi étaient des voisins. Car le Pauvre Lazare dans son état de malade, venait se coucher tout le temps à la porte du riche pour essayer de manger les restes qui sortaient de chez lui. Il était vraiment dans la souffrance, dans une vraie galère, et son corps était plein d'abcès au point où cela faisait le bonheur des chiens. 

Ce qui me marque dans ce passage, c'est le fait que les deux personnages soient morts. Comme quoi, c'est le passage obligé de nous toutes peu importe notre statut social. Que tu sois dans l'abondance ou dans la disette ; en Christ ou Pas. Cela va sûrement t'arriver, sauf si l'enlèvement survenait entre temps.
Au verset 22, la bible nous dit que Lazare fut porté par les anges dans le sein d'Abraham tandis que le riche fût enseveli dans le séjour des morts où il y avait des tourments.

Ceci me fait comprendre, l'évidence d'une vie après la mort. Et du fait qu'il y ait deux destinations : une où il y a un repos et une autre où il y a des tourments. On pourrait dire le paradis et l'enfer
Je crois pour ma part, Lazare avait une relation personnelle avec Jésus bien qu'il souffrait énormément et l'homme riche n'en avait certainement pas, d'où la destination de chacun d'entre eux.
Ce que je retiens ici : peu importe ce par quoi nous passons, ceci n'est que passager. La souffrance de ce siècle ou l'abondance sont éphémères, juste pour un temps ! C'est pourquoi, nous devons vivre comme des étrangers et voyageurs sur la terre, car ici n'est pas notre demeure.

De la même manière que nous étions déjà vivants dans les ventres de nos mamans et que nous en sommes sortis et vivons aujourd'hui, c'est de cette manière, que nous continuerons de vivre même après la mort. Parce que nous avons reçu la vie éternelle par Jésus-Christ notre Seigneur et Sauveur.

Ce passage nous montre clairement la réalité de l'enfer, je ne vais pas revenir là dessus. Mais je veux juste nous interpeller sur l'importance de témoigner de Christ autour de nous.

Nous voyons le riche qui se rendant compte qu'il ne pouvait pas avoir accès au sein d'Abraham à cause du grand abîme qui les séparait, a demandé qu'on avertisse les gens de sa maison.... Il n'a pas parlé de ses amis riches, de ses collègues... Mais de ses proches (ses cinq frères).
Par là, je comprends que nous devons veiller au salut des gens de notre entourage direct. Notre Jérusalem. Car je dis souvent qu'ils risquent être ceux qui nous en voudront le plus de ne leur avoir pas parlé de Jésus.

Abraham a dit à l'homme riche que ce ne sont pas aux morts de prêcher l'évangile aux vivants, mais les prophètes de la terre. J'ajouterai que c'est aux messagers, les ambassadeurs de Christ que nous sommes. C'est à nous les vivants que Dieu a donné la responsabilité d'annoncer l'évangile, la bonne nouvelle du Salut à notre entourage.

Évangéliser, n'est pas le rôle d'une certaine catégorie de personnes (pasteurs, leaders, évangélistes, etc.) mais c'est une tâche qui nous incombe toutes, en tant que disciples de Jésus. Parlons de Christ à nos camarades de classe, voisins de bancs, collègues de bureau, colocataires, membres de famille non sauvés, etc. Ceux avec qui nous sommes tout le temps et tous les jours.

Ils ont besoin d'écouter l'évangile même s'ils ne se convertissent pas. Au moins ils auront écouté et nous serons en paix. Je t'encourage à y méditer et ensuite passer à l'action. 

Sois bénie !

Aurélie 

Il a juste besoin de ta foi

Hello Princesse !

Je voudrais au travers de cet article partager avec toi une de mes méditations tirées de l'évangile de Jean au Chapitre 4 : versets 43 à 54.


43 - Après ces deux jours, Jésus partit de là, pour se rendre en Galilée ; 44 - car il avait déclaré lui-même qu'un prophète n'est pas honoré dans sa propre patrie. 45 - Lorsqu'il arriva en Galilée, il fut bien reçu des Galiléens, qui avaient vu tout ce qu'il avait fait à Jérusalem pendant la fête ; car eux aussi étaient allés à la fête. 46 - Il retourna donc à Cana en Galilée, où il avait changé l'eau en vin. Il y avait à Capernaüm un officier du roi, dont le fils était malade. 47 - Ayant appris que Jésus était venu de Judée en Galilée, il alla vers lui, et le pria de descendre et de guérir son fils, qui était près de mourir. 48 - Jésus lui dit : Si vous ne voyez des miracles et des prodiges, vous ne croyez point. 49 - L'officier du roi lui dit : Seigneur, descends avant que mon enfant meure. 50 - Va, lui dit Jésus, ton fils vit. Et cet homme crut à la parole que Jésus lui avait dite, et il s'en alla. 51 - Comme déjà il descendait, ses serviteurs venant à sa rencontre, lui apportèrent cette nouvelle : Ton enfant vit. 52 - Il leur demanda à quelle heure il s'était trouvé mieux ; et ils lui dirent : Hier, à la septième heure, la fièvre l'a quitté. 53 - Le père reconnut que c'était à cette heure-là que Jésus lui avait dit : Ton fils vit. Et il crut, lui et toute sa maison. 54 - Jésus fit encore ce second miracle lorsqu'il fut venu de Judée en Galilée.





La scène se déroule en Galilée dans la ville de Cana où Jésus a fait son premier miracle. 

Il y avait dans la même ville un officier dont le fils était malade. 

C’était une personnalité de la ville. Comme quoi les défis peuvent atteindre tout le monde peu importe le rang social ou le statut (riches ou pauvres, chômeurs ou travailleurs, célibataires ou mariées, chrétiens ou non, leaders ou pas, etc.)

Et son fils malade était un de ses proches, quelqu'un qui lui était cher. 

Nous avons souvent des cas de maladies qui attaquent nos proches, membres de famille ou église, des gens autour de nous. 

La situation était tellement critique que l'officier avait choisi d'aller à la rencontre de Jésus, il a certainement eu vent du miracle que Jésus avait fait à Cana. Pour lui, il voyait Jésus comme étant l'unique solution à son problème, il croyait qu'il pouvait faire quelque chose dans sa détresse. Peut-être qu'il avait essayé d'autres moyens, mais la bible ne nous en dit pas plus.

Ce que je perçois à ce niveau c'est qu’aussi grand que peut-être mon problème, au lieu de m'alarmer, je dois prier pour que Jésus intervienne. Je dois croire que Jésus est l'unique solution.

Très souvent, face aux défis, on est anxieux, angoissé, inquiet ; nous réfléchissons et cherchons nos propres solutions. Pourtant, nous avons la grâce d'appartenir au "Solutionneur" des Problèmes qui est Jésus. Je retiens encore que, même si la situation que je traverse actuellement est « la pire » des situations, je dois me tourner vers Jésus pour lui parler de mon souci.

Revenant au texte, l'officier a insisté pour que Jésus vienne chez lui, mais Jésus ne l'a pas suivi, il lui a plutôt donné une parole. Comme quoi il ne se soumet pas à notre volonté. C'est plutôt nous qui devons nous soumettre à la sienne.

De même, face à la situation dans laquelle je me trouve, je dois rechercher quelle est la parole que le Seigneur a dit à mon sujet. C'est sur elle que je m'accroche. 
Peut-être aujourd’hui, Jésus n'est pas devant moi physiquement, mais il m'a laissé sa parole qui est la Bible. C'est sur cette parole-là que je m'accroche pour croire au miracle, à son intervention divine. Raison pour laquelle je dois la lire et la méditer chaque jour. J'aurais à ce moment plus de foi à attendre son intervention.
L'autre chose qui me marque dans ce passage, c'est qu'à la même heure que Jésus a fait la déclaration de la guérison de son fils, au même instant il fût guéri. Comme quoi Dieu n'est pas limité dans le temps ni dans l'espace. Il est Omnipotent et Omniprésent. Ce que le diable n'est pas. 

On ne peut compter les cas de maladies qu'on nous annonce en famille. Nous sommes parfois prompts à contribuer ou même ne rien faire. Alors que nous pouvons décider de prier à distance pour ces personnes même par téléphone et Dieu intervient. La distance n'est pas un problème pour lui, elle ne l'a jamais limité. 
Nous n'avons pas seulement besoin de prier pour les cas de maladies, mais aussi pour le salut des âmes des membres de notre famille qui ne sont pas sauvés. Là où nous nous tenons pour intercéder en leur faveur Dieu Lui agit, car il a juste besoin d'un déclencheur, notre foi.

Jésus nous dit aussi qu'un prophète est méprisé chez lui (paraphrase), nous le vivons tous les jours, nous avons des personnes au milieu de nous que Dieu a béni par des dons et talents et que nous voyons prospérer, mais nous n'en faisons aucun cas. Nous doutons du potentiel des unes des autres. 
Nous préférons les autres talents qui viennent d'ailleurs. Nous payons d'autres personnes pour tel ou tel service, mais au milieu de nous, nous exigeons le gratuit
Prenons un exemple : une sœur sait bien coudre, mais on préfère aller chercher une couturière ailleurs. Bref, plusieurs exemples de ce genre me viennent à l'esprit, mais je ne peux pas tous les écrire. Mais Jésus m'interpelle ce matin à ce sujet.

J'aurai tellement à dire sur ce passage, tellement il me bénit. Nous servons un Dieu Grand et Miraculeux.

Je prie afin que ceci puisse transformer nos cœurs et nous donner de nous ajuster. Pour celles qui doutaient face aux nombreux défis par lesquels elles passent, qu'elles continuent d’espérer en Lui et Lui faire confiance comme étant l'unique "Solutionneur" de nos problèmes. 

Soit bénie !

Aurélie 

@aurelieyanou

S'abonner